Marijke Van Warmerdam

 

Met losse handen, 2004
Marijke van Warmerdam est une artiste dont le travail touche autant la photographie que la sculpture, le film que la vidéo. Ses œuvres sont avant tout marquées par la poésie. Elle s’inspire de situations quotidiennes ordinaires dont elle tire des images pleines de magie.

Ses films ne sont pas basés sur une construction ou déconstruction d’histoires, mais résultent, au contraire, d’un présent sans fin. Au moyen d’une simple boucle qui nous hypnotise, elle décrit les activités quotidiennes et permet une lecture alternative du banal.

Marijke Van Warmerdam aiguise notre perception nous poussant à examiner activement ce que nous voyons, à le reconsidérer, à remarquer des qualités qui ne sont pas immédiatement apparentes, à découvrir ce qui est intéressant, étrange, magnifique et unique dans notre quotidien.

Marijke Van Warmerdam, Met losse handen, 2004
Dans le film Met losse handen on voit la roue et le guidon d’une bicyclette qui avance sur une route de campagne par un jour d’été. La route est étroite et se déroule dans l’horizon lointain. Le spectateur regarde à travers les yeux de celui qui conduit la bicyclette et prend de la vitesse. Lentement la vue monte dans les airs pour passer de part et d’autre de la route puis redescend pour regagner le sol. Le mouvement de la caméra forme une sorte de boucle qui semble dessiner le signe de l’infini. Cette oeuvre de Marijke van Warmerdam est conçue comme la séquence d’un rêve qui hésite entre l’abstraction et la réalité.

 Posted by at 9:52 pm